La détresse de la droite brésilienne face à la volonté populaire

Comme nous l’avions avancé dans le dernier article, le génie politique de Lula, encore une fois, a parlé. Fernando Haddad, l’ancien maire de São Paulo, dont la candidature à la présidence à été lancée à la dernière minute possible, alors qu ́il devenait évident que Lula avait été éliminé de force de la campagne, reçoit d’une semaine à l’autre des millions d’intentions de vote, et explose dans tous les sondages.

 Haddad en campagne dans le Nordeste du Brésil, le 21/09

Haddad en campagne dans le Nordeste du Brésil, le 21/09

De 4%, il monte à près de 22% (sondage du 24/09) en 15 jours, et les prévisions sont que cela continue. Certains osent même parler d’une victoire au premier tour. Insensé? Peut-être, mais en tout cas il est maintenant certain que ce sera lui qui ira au deuxième tour pour se confronter à l’extrême droite et son candidat néo-fasciste, Jair Bolsonaro qui, lui, semble stagner aux alentours de 28%..

Rappelons-nous que l’ex-capitaine de l’armée, atteint d’un coup de poignard en pleine campagne et pour l’instant figé sur son lit d’hôpital, défend publiquement la torture, le port d’armes, annonce qu’il ira fusiller tous les “pétistes” (sympathisants du PT, parti de Lula), condamne la “maladie homosexuelle”, et attaque verbalement sa collègue députée en lui criant qu’il ne la violerait même pas, car elle était “trop laide pour ça”. C‘est cet individu qui a réussi a mobiliser trois millions de femmes contre lui, dans une campagne internet inédite, nommée “lui, non!”. C´est assez affolant, quand même, de se rendre compte que prés de 30% des brésiliens sont disposés à lui donner leur vote.

La droite traditionnelle, celle des grandes fortunes qui dominent le pays et les grands médias, celle qui avait perdu les élections de 2014 remportées par Dilma Rousseff mais n’a pas accepté le résultat des urnes, est maintenant désespérée. Après avoir mis en place un coup d’État institutionnel pour évincer la présidente du pouvoir, après avoir persécuté et mis Lula en prison, elle se rend compte que le peuple est peut-être moins idiot et manipulable qu’elle ne le pensait. Plus elle ose s’avancer dans tout type d’abus contre la démocratie, plus les gens courent appuyer le candidat désigné par Lula. Pire, pour mettre en place toute cette stratégie de reconquête du pouvoir contre Lula et le PT, elle a ouvert la porte à l’extreme-droite, en créant un monstre qu’elle elle ne peut plus maintenant contrôler. Et il représente plus d’incertitudes encore pour eux, car comme Trump, il est apparemment capable de tout.

Alors, il faut faire quelque chose. La stratégie adoptée par les médias, qui sont la propriété de quatre ou cinq grandes familles membres de l’aristocratie politique et économique, est de construire un discours selon lequel le pays est maintenant divisé entre deux radicalismes, l’un de droite, l’autre de gauche, et qu’à cause de cela, la démocratie est en péril. Donc, il faut tout miser sur une solution par le centre, représenté par trois candidats: Ciro Gomes, Marina Silva ou Geraldo Alckmin (l’infortuné candidat du PSDB, parti qui perdit contre Dilma et qui était à l’origine du coup d’État institutionnel). Le problème est qu’ils dérapent dans les sondages, seul Ciro semblant pouvoir dépasser les 10%, mais avec une marge de croissance très limitée.

L’ironie de cette histoire est que ceux qui ont, depuis deux ans, jeté la démocratie brésilienne à la poubelle, ignorant les élections et utilisant la justice à leur service politique, sont justement ceux qui clament maintenant “sauvons la démocratie”.

Or, ce discours est vide, et ne semble pas pouvoir freiner la popularité croissante de Haddad, le candidat de Lula, un des cadres politiques les mieux préparés aujourd’hui au Brésil, d’une grande capacité de dialogue et de réflexion, qui commence à survoler les débats grâce à ses capacités. Surtout par le fait que la gestion de Haddad à la tête de São Paulo, la plus grande ville du pays, a été internationalement reconnue pour son efficacité, son innovation et son engagement vis-à-vis les plus pauvres et avec une meilleure égalité sociale et économique. Haddad a perdu les élections de 2016 qui auraient pu le reconduire pour quatre ans, il est vrai, mas ces élections avaient été « contaminées » par la persécution du PT et de Lula et “l’impeachment” frauduleux de la présidente. Personne, ni même Jésus Christ. n’aurait été élu sous la bannière du PT en cette occasion.

Mais, pour le reste du pays, est restée l’image d’un gouvernement innovateur, de gauche, et mené par un nouveau leader que tous veulent maintenant connaître et apparemment emmener au deuxième tour.

Que va-t-il se passer? Personne ne le sait. D’un coté, certains secteurs du PSDB, le parti perdant des dernières élections, sont capables d’appuyer le fasciste Bolsonaro rien qu’à cause de leur haine contre Lula et le PT, une haine associée beaucoup plus à la lutte de classes et à la peur de la fin des privilèges que tout autre chose. L’autre partie du PSDB, voyant que la “troisième voie” ne se concrétise pas, sera-t-elle capable d’accepter la volonté démocratique du peuple, qui a clairement plébiscité le PT, Lula (qui gagnerait probablement au premier tour) et maintenant Haddad, en acceptant paisiblement la victoire de ce dernier?

Les théories conspiratrices abondent. Certaines disent que les militaires sont prêts à empêcher que ce scénario se produise. D’autres pensent que la Cour Suprême, qui a conduit toute l’opération contre Lula et le PT jusqu’à maintenant, ne laissera pas filer entre ses doigts un travail acharné commencé en 2014. Contre ces versions il y a le fait que, rationnellement parlant, cette peur du PT est sans fondement: jamais les banques n’ont autant gagné d’argent comme durant la période Lula, son gouvernement, bien qu’impliqué avec la fin de la misère, n’a rien eu d’extraordinairement radical. Moins encore celui de Haddad à São Paulo.

Alors pourquoi? Parce que au Brésil, annoncer encore quatre ans d’un gouvernement qui retire les privilèges de l’élite au nom d’une meilleure distribution des richesses est un scénario qui leur semble insupportable.

Toute l’attention du monde est bienvenue, pour suivre de près les événements d’ici le 7 octobre, date du premier tour.